Description : Description : C:\Users\Ivan\Documents\Amnesty\Site 109 Free 2012\amnestyfrance.jpgsite  Groupe 109  "Vallée de Chevreuse"           

  Antenne Jeunes  "Vallée de Chevreuse"   

 Maison des Associations    7, Avenue du Maréchal Foch   91400 ORSAY  



le groupe 109
les réunions
, liens
manifestations
publiques
actions en cours
campagnes
peine de mort aux USA
archives : peine de mort USA,
Droits  de l'enfant, Algérie , Laos
associations de défense des droits  humains
de la Vallée de Chevreuse

Site Amnesty International  : "Ce que vous devez savoir sur les droits humains

=>  Découvrez cette bibliothèque, qui se compose de nouvelles, de billets de blog, de films et de rapports ; elle est mise à jour

Dans le groupe, nous sommes une douzaine de personnes résidant ou travaillant à Bures, Gif, Igny, Les Ulis, Limours, Orsay, Massy, Palaiseau, Saclay, Saint-Rémy, Villebon, ... Les réunions ont lieu un mardi soir de chaque mois à la Maison des Associations d'Orsay.  Elles ont pour objet de diffuser les informations fournies par la Section française et de préparer les activités communes: envois de lettres, campagnes, manifestations publiques locales, etc.

Venez nous rejoindre.


Prochaine réunion mensuelle du groupe :

le mardi 21 mai 2019, à 20h30

à la Maison des Associations d'Orsay



Informations générales :


Amnesty International


Déclaration  Universelle des Droits de l'Homme (1948)

 
Convention relative aux Droits de l'Enfant (1989)


autres traités internationaux


liens Internet


Différentes actions en cours (certaines "en ligne") :

site d'Amnesty-France  

http://www.amnesty.fr/

et sites d'Amnesty-Londres
en français :
 http://efai.amnesty.org/


en anglais
 
http://www.amnesty.org/



=>  Pour vos lettres : 
traducteur / translator

=>  Traduction de pages Internet / translation of web pages :

http://translate.google.fr/#


SOUTENIR

Adhérez à Amnesty International et rejoignez un mouvement mondial, impartial et indépendant qui se mobilise pour les droits humains de tous.

Vous pouvez faire changer les choses.
Qu'elle intervienne lors d'un conflit médiatisé ou dans une région oubliée, Amnesty International fait campagne pour combattre ceux qui distillent la peur et la haine. Elle agit pour construire un monde plus juste.

Tarifs et adhésions en ligne : cliquez ici





Vous cherchez des idées de cadeaux
pour vous faire plaisir ou faire une belle surprise à un proche ? Vous souhaitez afficher votre engagement en faveur des droits humains ? Pensez aux produits Amnesty International: vous trouverez sûrement votre bonheur et ferez en même temps un geste pour nous aider à poursuivre nos actions !


Vous souhaitez soutenir notre association et donner plus de sens à vos achats ? Pensez aux produits Amnesty International dans notre boutique en ligne.




Conflit au Yémen : stop aux ventes d'armes françaises

Depuis près de quatre ans, un conflit meurtrier fait rage au Yémen. Plusieurs milliers de civils ont été tués, dont un grand nombre dans les frappes aériennes effectuées par la coalition dirigée par l’Arabie saoudite et les Emirats arabes unis, qui soutiennent le gouvernement yéménite. Des maisons, des écoles et des hôpitaux ont été totalement détruits, au moyen d’armes fournies par des pays occidentaux.

Certains pays, tels que l’Allemagne, la Norvège, le Danemark, la Finlande, la Suède ou encore les Pays-Bas, ont déjà fait le choix de suspendre leurs ventes d’armes meurtrières vers les pays de la coalition.

La France, qui compte parmi les premiers fournisseurs d’équipements militaires de l’Arabie saoudite et des Émirats arabes unis - aux côtés principalement des États-Unis, du Royaume-Uni, de l’Espagne ou encore du Canada - continue de les approvisionner en armes, malgré un risque élevé qu’elles puissent servir à faciliter ou commettre des violations graves des droits humains au Yémen.

Le manque de transparence de la France sur ses transferts d’armes en général et l’absence de tout contrôle parlementaire, ne permettent pas aujourd’hui de s’assurer qu’elle respecte ses engagements internationaux, tel que le Traité sur le commerce des armes.

Nous devons faire pression sur la France, afin qu’elle mette un terme à ces transferts irresponsables d’armements qui risquent de contribuer à des violations des droits humains et à la souffrance des civils.

Pétition au Président de la République Française



Iran : Nasrin Sotoudeh, avocate spécialisée dans la défense des droits humains et des droits des femmes est détenue de manière arbitraire à la prison d'Evin à Téhéran depuis son arrestation le 13 juin 2018. Elle a été condamnée à un total de 38 ans de prison et 148 coups de fouet à l’issue de deux procès manifestement iniques.

Le 11 mars, Nasrin Sotoudeh a été informée du verdict de son deuxième procès, après avoir été jugée en son absence et en l’absence de son avocat le 30 décembre 2018, devant la 28e chambre du tribunal révolutionnaire de Téhéran. Elle a été reconnue coupable de sept chefs d’inculpation, certains en lien avec son opposition aux lois relatives au port obligatoire du hijab, notamment pour « incitation à la corruption et à la prostitution » et pour avoir commis ouvertement « un acte immoral… en apparaissant en public sans porter le hijab ». Parmi ses activités légitimes citées à titre de « preuves » contre elle, figurent le fait qu’elle se soit opposée au port obligatoire du hijab, qu’elle ait retiré son foulard lors de visites à la prison, défendu des femmes ayant manifesté pacifiquement contre le port obligatoire du hijab, accordé des interviews aux médias sur l’arrestation violente et la détention de femmes contestant cette obligation, et déposé des fleurs à l’endroit où une manifestante avait été violemment interpellée.  En 2016, elle a été également inculpée d’avoir « formé un groupe dans le but de porter atteinte à la sécurité nationale » et certaines accusations se fondent en partie sur sa collaboration avec trois organisations de défense des droits humains.

Cette avocate iranienne spécialisée dans la défense des droits humains et des droits des femmes, a été condamnée à un total de 38 ans de prison et 148 coups de fouet.  Agissez pour elle !

Interpellez le guide suprême de la Révolution de la République islamique d'Iran, via un mail à l'ambassade d'Iran


France : Protégeons les défenseurs des droits des migrants

Les personnes et organisations en France, qui défendent les droits des personnes exilées (migrants, réfugiés) font l’objet de pressions de plus en plus importantes en raison de leurs actions pacifiques et désintéressées. De nombreuses personnes ont été poursuivies pour « délit de solidarité », notamment à la frontière franco-italienne. Pourtant, le protocole de Palerme, ratifié par la France, stipule qu’une personne ou organisation qui apporte une aide aux personnes exilées, et qui le fait sans contrepartie matérielle ou financière, ne commet aucune infraction. Elle ne devrait donc pas être poursuivie en justice.
Demandons aux autorités françaises qu’elles assument leurs responsabilités et mettent en œuvre leurs engagements internationaux à promouvoir et respecter les défenseurs des droits humains.


Pétition au Président de la République française



Iran : Aidez-nous à sauver Mohammad Reza Haddadi

Mohammad Reza Haddadi a été condamné à mort à l’issue d’un procès inique alors qu’il était mineur au moment des faits. Nous devons agir pour lui sauver la vie.

Après son arrestation, Mohammad Reza Haddadi a avoué un meurtre au cours de ses interrogatoires. Mais il est rapidement revenu sur ses déclarations, affirmant n’avoir avoué que parce que deux autres suspects l’y avaient contraint.
Les deux autres hommes sont par la suite eux aussi revenus sur leurs déclarations l’impliquant dans le crime. Ils ont été condamnés à des peines de prison pour meurtre. Et pourtant, Mohammad Reza, lui, risque toujours d’être exécuté.
En condamnant un mineur à mort, l’Iran enfreint le droit international.
Avec votre aide, nous pouvons demander à l’Iran de commuer la peine de mort de Mohammad Reza Haddadi afin qu’il ne soit pas exécuté.

Pétition à l'Ayatollah Sadegh Larijani, chef du pouvoir judiciaire iranien


Malaisie : non à la condamnation à mort de Hoo Yew Wah

Hoo Yew Wah avait été déclaré coupable de possession de drogue sur la base d’une déclaration faite au moment de son arrestation, en mandarin et sans la présence d’un avocat. Il a également affirmé qu’au cours de sa garde à vue au commissariat de Johore, le jour de son arrestation, la police lui a cassé les doigts et a menacé de rouer sa compagne de coups pour qu’il signe cette déclaration. Le 7 avril 2014, il a adressé une demande de grâce à Ibrahim Ibni Almarhum Sultan Iskandar, Sultan de l’État de Johore, mais il n’a pas encore reçu de réponse. Il a maintenant 32 ans et s’est repenti de son acte.
Les autorités malaisiennes doivent commuer la condamnation à mort de Hoo Yew Wah en prison à vie dès maintenant !

Pétition au Sultan de l’État de Johore, Ibrahim Ibni Almarhum Sultan Iskandar


Une première victoire contre la peine de mort en Californie

[14.03.2019]  Le gouverneur de l'État, Gavin Newsom, a annoncé un moratoire contre cette pratique cruelle et inhumaine. Un premier pas vers l'abolition dans cet État.

En signant un décret mettant fin au protocole d’injection mortelle, le gouverneur de Californie met un coup d’arrêt à cette pratique. Cette mesure était plus qu’urgente dans cet État qui compte le plus de détenus dans les couloirs de la mort.

Lire aussi : En Californie, le plus long couloir de la mort

Gavin Newsom, gouverneur de l'État de Californie : La peine de mort est incompatible avec nos valeurs fondatrices et atteint au plus profond l'idéal que représente le fait d'être californien.

Cette annonce fait suite il y a quelques mois à l’annonce de la Cour suprême de l’État de Washington de l’inconstitutionnalité de la peine de mort.



Agenda 2019 :

Concert choral " Cap vers le Sud, ... jusqu'au Cap ",

en faveur d’Amnesty international  par "ACHOR", Atelier CHORale du Campus d’Orsay
sous la direction de Jean-Paul Bosselut

dimanche 26 mai 2019, de 11h à 12h30     
Salle de conférence, La Grande Bouvêche, 71 rue de Paris, Orsay

au programme :  un chant basque, des œuvres de la renaissance espagnole (Tomas Luis de Victoria), des chants arabo-andalous, et des chants africains (Togo, Ethiopie, Afrique du Sud)



contact : http://achor.orsay.free.fr  et  achor.orsay@laposte.net


Les militant·e·s célèbrent à Dublin la dépénalisation de l’avortement lors du référendum qui s'est tenu le 26 mai 2018 en Irlande. © PAUL FAITH/AFP/Getty Images © PAUL FAITH/AFP/Getty Images

Les militant·e·s célèbrent à Dublin la dépénalisation de l’avortement lors du référendum qui s'est tenu le 26 mai 2018 en Irlande.

Rapport annuel 2018 – «Les droits humains aujourd'hui

Les femmes ont mené la lutte pour les droits humains

Les femmes ont été à l’avant-garde de la lutte mondiale pour les droits humains en 2018. Alors que la Déclaration universelle des droits de l'homme fête aujourd’hui ses septante ans, Amnesty International s’inquiète de la montée du racisme à travers le monde envers les femmes ainsi que les personnes lesbiennes, gays, bisexuelles, transgenre et intersexe (LGBTI).

En Europe également, l’organisation de défense des droits humains constate une montée de l’intolérance et des discriminations. Certaines libertés et droits fondamentaux acquis de longue date sont remis en question, alors que la marge de manœuvre de la société civile est dangereusement réduite. Amnesty International appelle les États européens et la Suisse à intensifier leurs efforts pour promouvoir les droits humains.

 «En 2018, nous avons vu nombre de ces dirigeants «endurcis» tenter de saper le principe même d’égalité, qui constitue le socle des droits humains. Ils pensent que leurs politiques font d’eux de vrais durs, mais elles ne sont guère plus que des stratégies d’intimidation visant à diaboliser et à persécuter des populations déjà marginalisées et vulnérables», a déclaré Kumi Naidoo, secrétaire général d’Amnesty International.

Amnesty International expose le bilan de ses recherches dans Les droits humains aujourd’hui, un document qui fait le point sur la situation de ces droits dans sept régions du monde: l’Afrique, les Amériques, l’Europe et l’Asie centrale, l’Afrique du Nord et le Moyen-Orient, l’Asie de l’Est, l’Asie du Sud et l’Asie du Sud-Est. Le lancement de ce rapport coïncide avec le 70e anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme, adoptée par des gouvernements du monde entier, en 1948.

Soulèvement des femmes de 2018

Le pouvoir grandissant des voix des femmes ne doit pas être sous-estimé, rappelle ce rapport. Cette année, nombreuses organisations menées par des femmes, telles que Ni una menos en Amérique latine, ont galvanisé des mouvements d’une ampleur totalement inédite à propos des questions liées aux femmes.

En Inde et en Afrique du Sud, des milliers de personnes sont descendues dans la rue pour protester contre les violences sexuelles endémiques. En Arabie saoudite et en Iran, des militantes ont bravé le risque d’une arrestation en résistant, respectivement, à l’interdiction de conduire et à l’obligation de porter le hijab (voile islamique). En Argentine, en Irlande et en Pologne, de très nombreuses personnes se sont rassemblées pour réclamer la suppression de lois répressives sur l’avortement. Aux États-Unis, en Europe et au Japon, des millions des personnes ont participé à la deuxième marche des femmes organisée dans le cadre du mouvement #MeToo contre la misogynie et la violence sexuelle.

Le rapport souligne toutefois que l’on ne peut pas célébrer «cette formidable montée du militantisme féminin» sans s’intéresser aux éléments moteurs qui ont conduit de si nombreuses femmes à se mobiliser pour exiger un changement. Amnesty International attire l'attention sur un nombre croissant de politiques et de lois visant à opprimer et à contrôler les femmes. Plusieurs militants ont risqué leur vie et leur liberté en 2018 pour faire la lumière sur des violations des droits humains.

En Europe aussi une politique d’accusation et de peur

En Europe, 2018 a été marquée par une montée de l’intolérance, des discours haineux et de la discrimination, dans un contexte de rétrécissement du champ d’action reconnu à la société civile. Les personnes demandeuses d’asile, réfugiées et migrantes sont rejetées ou confinées dans des conditions sordides tandis que, progressivement, les actes de solidarité sont criminalisés. La Hongrie, la Pologne et la Russie ont chacune à leur manière illustré cette tendance. Ailleurs dans la région, des pays comme le Bélarus, l’Azerbaïdjan ou encore le Tadjikistan ont continué de réprimer la liberté d’expression, et en Turquie, le climat de peur persistait. Pourtant, malgré ce contexte marqué par les discours xénophobes et les politiques répressives, il reste des raisons d’être optimiste. Le militantisme progresse et la contestation s’amplifie. Une véritable lame de fond, composée de gens ordinaires animés par une passion extraordinaire, se soulève, en faveur de la justice et de l’égalité.

Critique de la politique étrangère européenne

Les États membres de l’Union européenne doivent agir face aux acteurs internationaux qui se retirent voire sapent les accords relatifs aux droits humains. Amnesty International les appelle à renforcer leur politique étrangère en faveurs des libertés fondamentales.

Télécharger le rapport en PDF

ACTUALITES DU MOIS

S'inscrire aux "Newsletters" :  http://www.amnesty.fr/Newsletters



DROITS HUMAINS
Informations récentes


Peine de mort : un grand pas vers l’abolition !

Le nombre d’exécutions recensées à travers le monde a chuté de près d’un tiers en 2018. Une belle victoire dans notre combat contre la peine de mort.

Les statistiques que nous publions portent sur les exécutions dont nous avons eu connaissance partout dans le monde sauf en Chine, où les chiffres continuent d’être classés secret d’État, mais l’on pense que les exécutions s’y comptent par milliers.

Globalement, les statistiques pour l’année 2018 montrent que la peine de mort est résolument en recul, et que des mesures concrètes sont prises partout dans le monde pour mettre fin à ce châtiment cruel et inhumain.

consulter le dossier


GRACE A VOUS

Victoire : deux Afghans ne seront pas renvoyés !  

Grâce à votre action, Shajaudin et Sefatullah ont été libérés et ne craindront plus d’être renvoyés vers l’Afghanistan  [13.12.2018]

Plus de 3000 personnes ont interpellé Christophe Castaner , ministre de l’Intérieur, pour que ces deux jeunes hommes restent en sécurité en France et que leur demande d’asile soit examinée.
Sefatullah a été libéré le 19 novembre, trois jours après notre première interpellation. Mais, Shajaudin a été enfermé pendant 45 jours – durée légale maximum - au centre de rétention de Rennes.
En partenariat avec La Cimade, nous avons poursuivi notre travail de plaidoyer auprès du ministre et de ses services pour demander la libération de Shajaudin. Nous avons aussi interpellé des parlementaires. Il était essentiel que sa situation ne soit pas oubliée.
Le ministre aura attendu la fin légale de la durée de rétention pour libérer enfin Shajaudin.

Les renvois en Afghanistan sont et resteront inadmissibles et illégaux tant que les civils risquent leur vie dans ce pays.
Les autorités françaises ont l’obligation de ne pas renvoyer une personne vers le danger.

Ensemble, nous resterons vigilants sur le sort d’autres afghans pour exiger que la France respecte cette obligation.


Une victoire pour les communautés indigènes d'Afrique du Sud

En Afrique du Sud, le jugement rendu contre une compagnie minière remet au centre le consentement des communautés indigènes  (27.11.2018)

La Haute Cour du nord de la province de Gauteng a décidé que le gouvernement ne pouvait pas accorder de licence d'exploitation pour le projet de mine de titane à Xolobeni.
Filiale de la compagnie minière australienne MRC, Transworld Energy and Minerals (TEM), a demandé en 2008 le droit d'extraire du titane dans le district d'uMgungundlovu, dans la province du Cap-Est .
Les villageois de Xolobeni, au Pondoland, ont créé le Comité de crise d'Amadiba (ACC) en 2007 pour contester ce projet minier, expliquant qu'il les dépossédait de leurs terres ancestrales et menaçait de les priver de leur histoire et de leurs moyens de subsistance.

Cette décision est une victoire non seulement pour cette communauté, mais aussi pour les autres communautés à travers le pays qui se battent pour protéger leurs terres, leur héritage et leur culture.
lire la suite

SE DOCUMENTER

un site qui présente les démarches à suivre en français, anglais, arabe et russe, pour les personnes bénéficiaires de la protection internationale en France ainsi que des bandes dessinées réalisées à partir de l’expérience de réfugiés.


VIDEOS-FILMS
Nouvelle vidéo sur YouTube:

Manifester est un droit

Violences, manifestations interdites, journalistes agressés... on fait le point.



Amnesty soutient un film sur la guerre en Syrie

Entre 2011 et 2015, deux étudiants syriens ont filmé leur quotidien dans la Ghouta Orientale. A partir de leurs dizaines d’heures de rush, ils ont monté un documentaire essentiel sur la réalité de la guerre en Syrie. En attendant la sortie de Still recording prévue le 27 mars, n’hésitez pas à vous emparer d’A thousand girls like me, l’autre film soutenu par Amnesty France en ce début d’année et dont la sortie a été décalée au 6 mars.


Sortie de la vidéo « Civils dans les conflits »

Les civils sont les premières victimes des conflits armés dans le monde. Exécutions, torture, déplacements forcés, leur protection est mise à mal.
Pourtant, les gouvernements et les autres parties des conflits, comme les groupes armés, ont, en vertu du droit international humanitaire, l’obligation de protéger les civils. Mais qu’entend-on par « civil » pendant un conflit ? Et le droit international humanitaire, c’est quoi exactement ?


Voici une vidéo qui répond à ces moyens de contribuer à la protection questions et présente les différents des civils qui sont à la portée de toutes et de tous.

Voir Pour Comprendre #3 : le commerce des armes (feat Léo Grasset de DirtyBiology)

Qu’est-ce que le commerce des armes ? Comment fonctionne-t-il ? Quelle est la situation aujourd’hui dans le monde et en France ? Qu’est-ce que le traité sur le commerce des armes (TCA) ? Amnesty International vous propose des éléments pour comprendre et agir en faveur d’un meilleur encadrement du marché de l’armement
voir la vidéo

Refugiés une crise mondiale
La crise des réfugiés en 4 questions

La crise des réfugiés est-elle terminée ? Les mesures annoncées par la France vont-elles suffire à régler la crise ? Qu'en est-il des milliers de réfugiés actuellement dans les camps en Jordanie, au Kenya .. ? Que demande Amnesty International ?

voir la vidéo